Educateur Canin et Comportementaliste chien 75, 77, 78, 91, 92, 93, 94, 95 et Province

Les quinze premiers jours du chiot à la maison

Le moment est enfin venu, votre chiot va rentrer avec vous à la maison. Il va vivre son premier voyage en voiture.

C’est sa première grande sortie, mais aussi la séparation avec un environnement connu et rassurant, et la confrontation avec des personnes inconnues. Pour l’aider à passer ce moment difficile, mieux vaut s’installer près de lui dans la voiture à l’arrière.

 

À l’arrivée à la maison, le chiot a besoin de calme pour explorer son nouvel environnement, qui doit être parfaitement sécurisé.

Évitez les visites incessantes, attendez quelques jours pour cela.

Vous aurez pris soin de préparer ses affaires et leur emplacement (gamelle d’eau à disposition, couchage confortable, jouets adaptés). Vous aurez également veillé à cacher tous les fils dans des protections et à retirer les plantes qui peuvent être toxiques pour lui. Ne laissez pas traîner des objets faciles à attraper (télécommande, téléphone portable, magazine, chaussures dans l’entrée). Ce chiot ne connaît pas le monde dans lequel il vient d’être propulsé, il vaut mieux ne pas le tenter et assurer sa sécurité.

Appelez-le très amicalement par son nom ; c’est la première chose que vous pouvez lui apprendre, en le félicitant avec des caresses et du verbal.

 

Il doit pouvoir se reposer dans un lieu calme et confortable, adapté à sa taille.

Respectez son sommeil et apprenez à vos enfants à faire de même, c’est très important pour son développement.

Les chiots aiment dormir au contact des autres, c’est ce qu’il faisait il y a moins de vingt-quatre heures, accordez-lui un temps d’adaptation, sans traumatisme : la première nuit, vous pouvez placer son couchage dans la chambre près de votre lit. Chaque jour, vous l’éloignerez un peu jusqu’à le placer à l’endroit choisi à l’extérieur de la chambre.

 

Il semble que l’idéal soit trois repas par jour pour un chiot de huit semaines.

Toutefois, demandez conseil à votre vétérinaire. Une distribution en libre-service est déconseillée et est difficile à gérer pour l’apprentissage de la propreté. Laissez le chiot manger seul au calme pendant dix à quinze minutes.

 

Le chiot aura besoin de quatre à cinq mois pour devenir propre.

C’est le temps dont il a besoin pour apprendre à se retenir, avec des variations d’un individu à l’autre et selon les conditions d’élevage.

Proposez-lui des sorties dès qu’il se réveille et juste après les repas. Elles doivent être très fréquentes et dans des endroits propices à faire – un espace herbeux, par exemple – et non souillés par des déjections canines. En balade, tant qu’il n’a pas fait ses besoins, ne jouez pas avec lui, sinon il oubliera de faire et, après l’excitation du jeu, il s’oubliera en arrivant à la maison.

Ne placez pas de journaux, de serpillières ou de tapis sur le sol de la maison ; en procédant ainsi, vous lui apprenez à faire à l’intérieur. Mais s’il lui arrive de s’oublier devant vous dans la maison, déplacez-le dans le jardin et félicitez-le dès qu’il a fait.

éducation chiot, éduquer un chiot à quel âge

Pour le sortir, vous devez l’habituer au port du collier. Quelques jours seront nécessaires.

Choisissez un collier léger en tissu ou en cuir souple, évitez les colliers trop lourds ou en métal. Profitez d’un moment de jeu pour le lui poser et le lui faire oublier ; laissez-le-lui quelques minutes puis retirez-le et renouvelez l’opération un peu plus tard.

Lorsque vous vous absentez, retirez le collier à votre chiot pour éviter un accident, par exemple une clé de buffet qui se prend dans le collier et étrangle l’animal.

 

Afin de continuer le travail de familiarisation et de socialisation de l’éleveur, sortez votre chiot.

Son avenir dépend des bonnes conditions de développement à l’élevage, mais c’est vous qui prenez le relais et vous devez poursuivre le travail de l’éleveur.

Ne secouez jamais votre chiot par la peau du cou, cela peut le traumatiser. Ne lui criez pas dessus, il pourrait devenir peureux.

éducation chiot à 2 mois

Un bon départ est primordial.

Pour vous permettre de partir sur de bonnes bases avec votre chiot, d’éviter les erreurs et de connaître les comportements que vous devez adopter face aux agissements de votre animal, l’Educateur canin et Comportementaliste Spécialiste des Relations homme/animal peut vous guider dans cette aventure.

N’attendez pas que les problèmes surviennent, anticipez et faites-vous accompagner dès la première semaine de présence de votre chiot. Le professionnel pourra repérer la personnalité de votre chiot, vous guider dans les besoins et anticiper pour l’avenir.

 

Chiots : Sortez les très tôt : Lu dans La Revue Technique du chien – Paru dans le journal professionnel à destination des Vétérinaires Vétitude  :  » Notre tout jeune confrère Vétitude, un journal professionnel à destination des vétérinaires nous livre dans son premier numéro un article riche d’enseignements sur le comportement du chiot et ses conséquences sur sa future vie sociale ».

Christian Diaz, l’auteur de ce document insiste sur la phase critique que représente la période de socialisation qui s’étend de la troisième à la douzième de vie de l’animal et qui se déroule pour la plus grande partie à l’élevage. L’auteur donne quelques conseils plein de bon sens pour que cette socialisation se déroule dans les meilleures conditions :

  • sélectionner et privilégier les lices dont on sait qu’elle socialise bien leurs chiots
  • en cas d’absence de la mère ou en cas de désintérêt de celle-ci pour sa portée, mettre les chiots au contact d’adultes régulateurs
  • soumettre les chiots à des stimuli divers et variés, sonores ou sociaux.
  • Sortir les chiots très tôt. « Un professionnel (y compris un vétérinaire) – écrit Christian Diaz lui-même vétérinaire – qui recommande de ne pas sortir le chiot tant qu’il n’a pas tous ses vaccins commet une faute professionnelle susceptible d’engager sa responsabilité ».

Quelques directives simples à mettre en place et que tout éleveur devrait appliquer pour éviter nombre de ces problèmes comportementaux qui empoisonnent la vie des propriétaires.

 

 

Article écrit par Sandrine NATAF-OTSMANE – Educateur canin diplômé d’état 75, 77, 78, 91, 92, 93, 94, 95 et Province & Comportementaliste Certifiée Chien et Chat 75, 77, 78, 91, 92, 93, 94, 95 et Province – Spécialiste des relations Homme/Animal diplômée de l’Université La Sorbonne Tel : 06.64.64.28.86 / 01.64.16.17.66

Les commentaires sont fermés.